Le mot du Maire
Contact
Patrimoine
Renseignements pratiques
Un peu d'histoire
Associations
Paysages
Formulaires en ligne

Un peu d'histoire

AccueilPlan du site


Cliquer pour agrandir
l'église


Cliquer pour agrandir

Le calvaire

Coutures (viendrait du latin cultura, lieux mis en culture).
 
L’église Saint-Martin de Coutures fut attribuée en 1182 à l’abbaye de Moissac par l’évêque de Toulouse Fulcrand. Un siècle plus tard, elle fut, avec le consentement de l’abbé, unie à celle de Sérignac pour constituer un prieuré unique. C’est l’abbé de Moissac qui, jusqu’à la Révolution, posséda le droit de présentation à la cure ; le curé recevait une pension congrue, tout en percevant la moitié des fruits décimaux.
 
La paroisse, supprimée par le Concordat et rattachée alors à Gensac fut rétablie de nouveau en 1844. En 1848, le desservant déclarait que, faute de casuel, « un curé ne pouvait y vivre ». Pourtant la paroisse comptait à ce moment 365 habitants. Il y a eu un prêtre résidant jusqu’en 1958.
 
Il semble que l’église s’élevait primitivement au lieu appelé encore Saint-Martin, où l’on a retrouvé les traces d’un vieux cimetière. C’est sans doute au cours de la guerre de cent ans que les habitants cherchèrent refuge près du château , bâti sur la motte, ancien oppidum, plus facile à défendre ; ils établirent là une nouvelle église, située d’ailleurs hors des murs du village.
 
Cette église fut construite presque entièrement en torchis. En 1882, on envisagea une reconstruction totale, mais finalement, ce fut le désir de continuer à se réunir dans ses vieux murs imprégnés de la prière des aïeux qui l’emporta et fit annuler le projet.
 
De l’église du XVème siècle, qui eut à souffrir des guerres de Religion et qui fut sérieusement réparée en 1664, il subsiste un portail en tracé brisé encadré de tores évidés et ininterrompus. Le clocher-mur triangulaire à cinq arcades a été refait au XVIIème siècle.
 
Au-dessus de la porte latérale qui sert d’entrée habituelle on peut voir une statue grossière de Saint Martin en terre cuite peinte.


© CDGFPT82