Accueil
Le cadre
La Mairie
Urbanisme
Manifestations
L'Histoire
Pratique
Artisanat-Commerce
Associations
Vos démarches
 

L'Histoire

 


Cliquez pour agrandir
Carte posale de Lafitte

L’histoire de cette citée est liée à son origine à la religion comme nous pourrons l’appréhender ci-dessous dans l’extrait du dictionnaire des Paroisses de Pierre GAYNE en 1978.
  
Le nom de LAFITTE évoque une de ces pierres « fichée en terre », ou pierres levées, monuments de l’époque préhistorique, dont la signification religieuse est peu connue. Y eut-il en ce lieu un menhir christianisé par la suite, pour donner naissance à un oratoire dédié à Saint Jean-Baptiste ?
 
Il serait difficile de l’affirmer . Quoi qu’il en soit, la paroisse est mentionnée dès la fin du 12ème siècle sous le nom de Saint-Jean de Montanhac, et elle fut comme ses voisines attribuée au 13ème siècle par l’évêque de Toulouse au monastère de Belleperche ; l’abbé garda jusqu’à la révolution le droit de patronage et partagea les dîmes avec le curé qui recevait une pension congrue. Elle fut parfois unie à celle de CORDES, notamment au 16ème siècle. Supprimée par le Concordat de 1801 et rattachée alors à LABOURGADE, elle fut rétablie par un décret impérial en 1812 après une pétition des habitants. Sa population n’a cessé de décroître, comme ailleurs en milieu rural, depuis le milieu du siècle dernier ; il y a eu cependant un curé résidant jusqu’en 1967 : l’abbé LALLIES fut alors nommé à VAZERAC .

L’église s’élevait autrefois dans le cimetière, à peu près à égale distance des divers hameaux de la commune. Ruinée aux guerres de religion et pauvrement rebâtie en terre battue au 17ème siècle, elle était en 1856 dans un tel état de délabrement que le conseil municipal décida à l’unanimité de la reconstruire. Le choix de l’emplacement se porta sur le hameau de LAFITTE, plus important que les autres et possédant déjà l’école ; mais les rivalités des différentes sections empêchèrent, malgré l’urgence, la réalisation du projet.
 
En 1867 les habitants du quartier choisi firent seuls par souscription les frais d’une église neuve, où la messe fut célébrée pour la première fois en janvier 1870, le dimanche de l’Epiphanie. Ce fut pendant plusieurs années la cause d’une grande agitation dans la paroisse, dont une fraction notable  se refusa longtemps à reconnaître leur nouvelle église et à fréquenter les offices. Finalement, la vieille église de Montanhac, frappée d’abord d’un interdit, puis ayant perdu son titre paroissial, fut démolie par ordre préfectoral en 1882, et celle de LAFITTE acceptée en 1885 comme propriété communale. En 1899, lorsque les divisions s’apaisèrent, fut construit le clocher. Cette église, comme l’ancienne, a pour vocable la Décollation de Saint Jean-Baptiste. Elle est de style néo-gothique, le clocher carré s’amortit par une flèche en charpente couverte d’ardoises. D’un ancien retable en bois doré, du 18ème siècle, il ne reste que deux statues de grandeur naturelle : Sainte Hélène et Saint François de Sales.
 

© CDGFPT 82
Mentions légales