Bienvenue à Sauveterre
Acceuil Plan du site


Le mot du Maire
Un peu d'histoire
Le cadre de vie
Infos pratiques / Contacts
Infos pratiques
Associations
Artisans / Commerçants
Manifestations
 

Un peu d'histoire

 

     Sauveterre est une bastide très ancienne, puisque tout porte à croire qu’elle remonte à 1103, époque où elle figure dans le testament de Guillaume de Castelnau.
     Si dans le passé, du point de vue religieux, Sauveterre dépendait du diocèse de Cahors, du point de vue civil, c’était une des onze communes de la baronnie de Castelnau, relevant de sa juridiction et régie par les coutumes de ce lieu.
     Toutefois, Sauveterre, comme toutes les bastides du Moyen Age, avait ses coutumes propres. Comment, en effet, serait-elle restée étrangère au mouvement d’émancipation qui se produisit vers le XII° siècle dans toute la France ? Elle suivit l’élan général et obtint la reconnaissance de ses coutumes et libertés, qui devinrent un droit écrit par la Concession de la Charte de Coutumes. En 1269, cette Charte lassait au seigneur le libre exercice de son autorité et de ses attributions.

     A XIII° siècle, Sauveterre est une petite ville forte, où les maisons sont groupées autour du château. Le château du bourg de Sauveterre, bâti sur le roc, domine le bas du village, et la rue de la Tauge passe sous la muraille du château, en contrebas de 5 mètres. Il datait du XII° siècle. Mais Simon de Montfort, lorsqu’il revint en Quercy pour punir tous ceux qui avaient prêté la main à la prise du château de Lolmie, aurait détruit, en même temps que l’ensemble des châteaux du voisinage, le château et l’église de Sauveterre, aux environs de l’année 1214. Reconstruit peu après, il fut à nouveau détruit pendant la guerre de cent ans, puis en partie en 1320, par le Pastoureaux. Plus tard, en 1621, durant le siège de Montauban, il eut à souffrir du passage de Maximilien de Béthune, comte d’Orval.

     Il ne reste aujourd’hui sur l’emplacement du château qu’un vieux puits très profond. On voit encore sur la plate forme, dans l’épaisseur du mur, une lucarne évidée comme un entonnoir, qui servait à observer le château de Marcilhac, que l’on pouvait apercevoir par une échancrure de la colline. La tradition conserve encore le souvenir de cet observatoire, sculpté avec soin.
Primitivement, la chapelle du château servit d’église aux habitants. Détruite vers 1214, il fallut donc la reconstruire ; mais cette fois-ci l’église fut érigée en dehors du château, « sur le plat de la ville » ; elle disparut bientôt, peut-être à l’occasion de la guerre des Albigeois, ou de la guerre de cent ans. Une nouvelle église fut reconstruite sur le même emplacement, c’est probablement l’église actuelle, dont les voûtes  ont été reprises vers 1860 dans un style ogival.



Cliquer pour agrandir
Eglise


Cliquer pour agrandir
Eglise

© CDGFPT82 - Tous droits réservés